• Imprimer
  • A+
  • A-

Politique

Le conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur lance son programme open data

Créé grâce à Wordle

Créé grâce à Wordle

Partagez cet article

La naissance est annoncée pour mi-2012. Vendredi, le conseil régional a voté le lancement d’un programme de libération des données publiques (open data). « Le principe est de considérer que toutes les données publiques doivent être publiées », rappelle Christophe Castaner (vice-président délégué à l’emploi, développement économique régional, enseignement supérieur, recherche et innovation), pour qui l’apparente évidence cache un acte politique fort : « Trop souvent les élus et gestionnaires pensent que le pouvoir est lié au savoir et que partager ce dernier serait donc perdre le premier ».

Des données sources d’applications

Ce qui se concrétisera, dans la lignée du portail data.gouv.fr tout récemment mis en ligne par le gouvernement, par l’ouverture d’un site Internet où l’on pourra trouver les données dont dispose la Région. « Cela peut être la liste des 180 lycées, des places dans les internats, le réseau des Eric (espace régionaux internet citoyen, ndlr) », cite Christophe Castaner.

Capture d'écran du site Handimap.org (informations sur l'accessibilité des espaces publics à Rennes à partir des données de la collectivité)

L’intérêt de l’open data ? Principalement stimuler de nouveaux services innovants réalisables y compris par de petites structures et favoriser l’information des citoyens sur les politiques publiques, résume le rapport qu’il a présenté. Et de s’appuyer sur l’exemple de Rennes, qui s’est engagé dans cette démarche il y a plusieurs années : « aujourd’hui, vous pouvez télécharger des dizaines d’applications sur la vie quotidienne qui en découlent » (à découvrir ici). Paris vient de son côté de publier la liste des lieux de tournage récents de la capitale, de quoi donner lieu par exemple à de belle balades thématiques.

Et chez nous ? « Imaginez que les caméras du tunnel du Vieux-Port soient publiques : forcément vous aurez un petit malin qui fera une application pour évaluer la circulation et vous proposer éventuellement des itinéraires bis. Et pour nous élus, cela donne aussi des moyens aux citoyens de nous contrôler davantage… » Comme par exemple de savoir à quoi sert le budget du Forum mondial de l’eau ? (vous l’aurez compris ça sert aussi beaucoup aux journalistes…)

Le CG13 sur les rangs

Histoire de susciter la créativité, le conseil régional lancera un concours de développement d’applications à partir de ces données. Et pour ne pas rester seul dans la course, il promet« d’aider les collectivités et organismes publics qui voudraient mettre en place de l’open data ». Christophe Castaner pense surtout aux petites structures qui n’en auraient pas les moyens. Mais des grandes collectivités comme la mairie et la communauté urbaine de Marseille n’ont pas encore officiellement lancé leur démarche open data…

Du côté du conseil général, si on en est pas encore au stade du vote comme la Région, on travaille dessus. Avec à l’avant garde Bouches-du-Rhône Tourisme (ex-comité départemental du tourisme), qui ouvrira son portail data.visitprovence.com au printemps prochain. Permettant le moment venu de dupliquer les réalisations déjà abouties.

Jeu collectif ?

Autre enjeu : « si tout le monde fait son portail open data dans son coin, on va en avoir partout et le petit utilisateur ne saura pas où chercher », avertissait en septembre sur Marsactu Olivier Rovelloti, fondateur d’une société marseillais qui développe des services dans le champ de la biodiversité. La délibération du conseil régional le dit d’ailleurs clairement : « les projets de libération des données peuvent être les catalyseurs d’une gouvernance rénovée entre les acteurs des territoires s’ils décident de travailler ensemble à la constitution des catalogues de données ».

Dans ce domaine, comme dans d’autres, Marseille Provence 2013 devrait servir d’aiguillon, via son « cadre numérique territorial commun ». L’idée : récupérer des données de nombreux partenaires (en particulier les collectivités), pour là encore faire naître des services innovants dans le domaine du tourisme, de la culture, des transports. Un projet encore au stade des négociations, mais qui est toujours à l’ordre du jour, nous confirme Roch Giraud, qui en est chargé à MP2013. Mais si l’association publiera de fait des données issues de sources diverses, on n’en est pas encore à la création d’un portail commun pérenne. Un dernier volet qui sera certainement le plus difficile, à voir la difficulté des « acteurs du territoire » à jouer collectif…

Un lien Une start-up marseillaise met la biodiversité en open data, sur Marsactu

Un lien Marseille Provence 2013 à l’ère open data, sur Marsactu

Un lien Les données de la ville de Marseille sur le vélo mises en carte par Marsactu

Un lien Le site d’Etalab, la mission gouvernementale chargée de l’open data

Un lien Le site de la société Data Publica, qui regroupe des données de nombreuses sources

Un lien L’association Regards Citoyens : l’open data appliqué à la politique

Un lien Outre-Manche : le très bon data blog du Guardian, précurseur en la matière

 

Le 20 décembre 2011

  • Imprimer
  • A+
  • A-

Ça vous rend...

Vos commentaires

9 commentaires
sur "Le conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur lance son programme open data"

jean-bernard, 21 décembre 2011 à 22:39 min

je trouve que 'le ravi' vilain petit français a un mauvais esprit

Le Ravi, 21 décembre 2011 à 12:35 min

Salut Julien,

On pourrait commencer par la transparence concernant les montants consacrés par le CRPACA, le CG13 et MP2013 à ces projets d'Open Data.
On pourrait ensuite creuser pour savoir s'il n'y a pas, par hasard, quelques doublons...

Arnaud, 20 décembre 2011 à 23:45 min

Super, on va avoir enfin les subventions versees aux associations, les marchés publics remportés, la liste des travaux et investissements dans les colleges, tout ceci exploitables et triturables sous notre tableur préféré... ...

Julien VINZENT, 21 décembre 2011 à 10:31 min

Bonjour,
pour les subventions du conseil régional et général vous pouvez déjà les trouver ici http://www.regionpaca.fr/vie-associative-sport/subventions-versees-aux-a... et là http://www.cg13.fr/associations/associations/soutien-de-la-vie-associati...
Par contre la Région en est encore aux pdf, le CG13 est lui passé au fichier Excel pour les années postérieures à 2008.

Phil, 20 décembre 2011 à 21:06 min

« Acteurs du territoire » / Jouer collectif = ahahah... Snif.

jean-bernard, 20 décembre 2011 à 18:18 min

C' EST LA JUSTFICATION DES impots locaux?

Julien VINZENT, 21 décembre 2011 à 10:35 min

Bonjour,
le conseil régional ne perçoit, à proprement parler, plus d'impôts locaux (taxes foncières et d'habitation), même s'il touche en revanche la Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), née de la suppression de la taxe professionnelle, et des taxes sur les cartes grises et les carburants.
En tout cas concernant le programme open data, il sera compris dans le budget global consacré au numérique (5 à 7 M€) mais "cela ne coûte pas cher, le plus gros est le travail de mobilisation en interne", nous a assuré Christophe Castaner. Ce qui coûtera cher, c'est par exemple le Schéma de cohérence régional d'aménagement numérique, pour faire passer du haut et très haut débit partout comme semble le vouloir tout le monde : 1 milliard d'euros sur 30 ans, dont environ un tiers qui serait financé par la Région...

Irène Sogorb, 21 décembre 2011 à 11:35 min

Bon courage et bonne chance à "la mobilisation interne"..,

joliette13, 21 décembre 2011 à 15:53 min

A priori, ils l'ont, le courage !

Déposer un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Votre commentaire : *

Suivez-nous

Jour après jour, restez connectés à Marsactu !

On en a parlé... le 23 avril 2013

Guy Teissier : "Mon désir d'être maire est intact"

Guy Teissier : "Mon désir d'être maire est intact"

Le député-maire des 9e et 10e arrondissements nous a accordé un long entretien. Candidat pour conduire la liste UMP, il évoque largement l'"errance de la gouvernance" Gaudin, ses pistes de programme mais reste flou sur une ...

Commentaires (62)26%

Aix-en-Provence, la ville qui n'avait pas de plan

Aix-en-Provence, la ville qui n'avait pas de plan

Urbanisme, logement, transports : les différents plans censés guider le développement d'Aix et du pays d'Aix sont soit inexistants, soit vertement critiqués. Simple question de technique ou blocage politique sur le contenu, voire ...

Commentaires (13)29%

Sondage

Que pensez-vous de la fermeture du Pavillon M ?

Vos amis sur Facebook

On en a parlé... le 23 avril 2013

En images

Anti-métropole : "C'est notre baroud d'honneur"

Anti-métropole : "C'est notre baroud d'honneur"

"Il y a une méconnaissance absolue de l'urbanité des quartiers nord"

"Il y a une méconnaissance absolue de l'urbanité des quartiers nord"

"IAM, c'est du rap de vieux, les gars, mettez vous ça dans la tête"

"IAM, c'est du rap de vieux, les gars, mettez vous ça dans la tête"

Exposition "Picasso céramiste et la Méditerranée"

Exposition "Picasso céramiste et la Méditerranée"

JR  met "un gros coup de colle" sur la Belle de Mai

JR met "un gros coup de colle" sur la Belle de Mai

Hassan Bitar, créateur du Souk des Sciences, invité du talk Marsactu

Hassan Bitar, créateur du Souk des Sciences, invité du talk Marsactu

Un politiste prévoit une alliance FN-UMP en conseil municipal

Un politiste prévoit une alliance FN-UMP en conseil municipal

Marseille, capitale de la rupture

Marseille, capitale de la rupture

Le FN défend le savon made in Marseille

Le FN défend le savon made in Marseille

Le Pen veut "créer la surprise" aux municipales

Le Pen veut "créer la surprise" aux municipales

Les images du quai transbordeur qui fera du Vieux Port un lac

Les images du quai transbordeur qui fera du Vieux Port un lac

Guy Teissier interpelle le Ministre de la mer sur le Parc National des Calanques

Guy Teissier interpelle le Ministre de la mer sur le Parc National des Calanques

Salon international de la croisière : "my english is very bad donc je vais continuer en français"

Salon international de la croisière : "my english is very bad donc je vais continuer en français"

La réquisition d'un bâtiment désaffecté pour des familles roms

La réquisition d'un bâtiment désaffecté pour des familles roms

Le Napoléon-Bonaparte de la SNCM rompt ses amarres

Le Napoléon-Bonaparte de la SNCM rompt ses amarres

Algarade 2013. Faut bien faire le buzz.

Algarade 2013. Faut bien faire le buzz.

Clash entre Samia Ghali et Michel Onfray chez SLT

Clash entre Samia Ghali et Michel Onfray chez SLT

Manuel Valls : "Personne ne doit se sentir tranquille"

Manuel Valls : "Personne ne doit se sentir tranquille"

Le mémorial du camp des Milles en diapo sonore

Le mémorial du camp des Milles en diapo sonore

29 août 1944, la libération de Marseille

29 août 1944, la libération de Marseille

Précédent

Suivant

Ça vous rend...