• Imprimer
  • A+
  • A-

Politique

On n'est pas populaire sans raison

Au talk Marsactu, Dominique Tian (UMP) exclut "toute discussion avec le FN"

Au surlendemain du premier tour de la présidentielle, le collectif de parlementaire UMP La droite populaire appelait "tous les patriotes à faire barrage au parti socialiste et à l’extrême gauche", car "la France ne peut plus se permettre de revivre le laxisme de la gauche en matière d’immigration et d’insécurité sauf à remettre en cause notre pacte républicain". Parmi les signataires de ce qui ressemble furieusement à un front républicain version UMP-FN, le député des Bouches-du-Rhône Dominique Tian.

Un galop d'essai pour des appels croisés lors des législatives de juin ? Invité du talk Marsactu ce jeudi, le candidat dans la circonscription des 7e et 8e arrondissements de Marseille préfère ne pas penser à des configurations sans l'UMP au second tour. Et rejette toute discussion avec le parti d'extrême droite, condamnant même l'"erreur stratégique" de Gérard Longuet le considérant dans une interview à Minute comme un "interlocuteur" (même s'il a par la suite assuré n'avoir "jamais parlé de négociation"). "Ce n'est pas parce que Marine Le Pen fait moins de calembours que son père qu'elle n'est pas plus fréquentable", lance-t-il. Ce qui n'est pas le cas de ses électeurs...

 

Retrouvez l'intégralité du Talk Marsactu demain matin

Le 3 mai 2012

  • Imprimer
  • A+
  • A-

Vos commentaires

3 commentaires
sur "Au talk Marsactu, Dominique Tian (UMP) exclut "toute discussion avec le FN""

Vieux Patriote Républicain, 6 mai 2012 à 01:53 min

Les quelques extraits de la Constitution cités ci- dessous font apparaitre , qu’en s’appropriant le discours xénophobe de Mme Le Pen et de ses amis ,grands pourfendeurs de « bobos droits de l’hommistes » M Sarkozy tient un discours indigne de ses fonctions

En effet • Article 5
Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État…………………………………………………………………..
OR

PRÉAMBULE
Le Peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils sont définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.
En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d'outre-mer qui manifestent la volonté d'y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l'idéal commun de liberté, d'égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique
Article 1
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

Vieux Patriote Républicain, 6 mai 2012 à 01:44 min

Le discours xénophobe des .TIAN Sarkozy et de leur bande ,qui font concurrence à Madame Le Pen ;me dégoutte c'est pour cette raison que j'ai signé ce Manifeste des musulmans d'apparence par solidarité avec eux

Manifeste des musulmans d'apparence
«De religion ou de culture musulmane», «athées, agnostiques, croyants ou pratiquants», refusant de «de haïr ceux qui approuvent des thèses qui nous offensent», une trentaine de personnalités réunies autour d'El Yamine Soum, Ali Soumaré et Rokhaya Diallo appellent «l’ensemble des humanistes» à les rejoindre en signant ici le Manifeste des musulmans d'apparence.
________________________________________
Signataires de ce manifeste, nous sommes tous de religion ou de culture musulmane. Athées, agnostiques, croyants ou pratiquants, cette appartenance que nous avons en commun constitue une facette de notre identité. Mais elle ne la résume pas.
Nous sommes aussi acteurs dans tous les secteurs du monde professionnel. Chaque jour, nous concevons les innovations qui offriront un avenir à notre industrie, nous assurons la sécurité de nos compatriotes, nous prenons soin de nos aînés et éduquons les futurs citoyens qui fréquentent nos classes. Nous sommes aussi des individus politisés, aux opinions extrêmement variées, à l’image de la population française ! Nous sommes enfin des citoyens français, respectueux des lois, attachés aux valeurs de la République, dépositaires de la culture française et garants de son rayonnement.
Longtemps, nous avons pensé que cette évidence ne méritait pas qu’on la rappelle. Longtemps, nous avons pensé que la tentative de fabrication d’un musulman mythifié – tantôt marginal et assisté, tantôt menaçant et redouté – ne parviendrait pas à abuser nos concitoyens. Longtemps, nous avons espéré que cette supercherie ne résisterait pas à la démonstration quotidienne de notre diversité et de notre «banalité».
Mais la teneur des débats durant la campagne présidentielle, les résultats du premier tour et plus encore la stratégie adoptée par Nicolas Sarkozy pour le second tour nous démontrent que longtemps, nous nous sommes trompés !
Un sondage récent indique que près de 65% des électeurs de Nicolas Sarkozy au premier tour souhaitent des alliances avec le FN aux prochaines élections législatives. Ajoutés aux électeurs de Marine Le Pen, ce sont donc près de 35% des Français qui cautionnent une entreprise visant à imposer aux musulmans une singularité qu’ils ne se reconnaissent pas.
Ainsi injuriés, nous aurions pu nous résigner et jouer le « jeu du communautarisme » que créent ceux-là mêmes qui prétendent le combattre. Ce choix, nous aurions pu le faire si nous n’étions pas si convaincus qu’il ne profiterait à personne et qu’il nuirait à tous. Nous l’aurions peut-être fait si nous n’étions pas si attachés à la valeur de fraternité. Aujourd’hui, malgré notre colère, nous refusons de haïr ceux qui approuvent des thèses qui nous offensent. Sans les exonérer de leur responsabilité, nous préférons comprendre les souffrances et les peurs qui ont pu les abuser. Chaque jour, nos concitoyens souffrent davantage d’une crise économique qui n’en finit plus. Une crise d’autant plus difficile à supporter qu’elle s’accompagne d’inégalités croissantes, d’une concurrence internationale féroce, et d’une impuissance totale de nos dirigeants parfois plus occupés à se maintenir au pouvoir qu’à gouverner.
Dans ces conditions, la recherche d’un ennemi intérieur est une réaction malheureusement peu surprenante si l’on s’accorde le recul historique nécessaire.
Au XVIe siècle, c’est dans un contexte d’affaiblissement de l’autorité royale et de querelles de pouvoir au sein de la noblesse que débute la persécution des protestants en France. Jugées comme une menace pour la concorde nationale, c’est d’abord leur visibilité et celle de leurs lieux de culte qui est mise en cause. Les protestants sont ensuite accusés de pactiser avec l’ennemi extérieur tandis que des titres et des métiers leur sont interdits. Une persécution systématique s’organise alors avec des points culminants d’atrocité comme la Saint-Barthélemy, contraignant près de 300 000 protestants à fuir leur pays. La France en est sortie affaiblie économiquement, appauvrie culturellement et meurtrie dans son âme.
Autre page sombre de l’histoire européenne, la folie génocidaire de la seconde guerre mondiale est l’aboutissement tragique d’une politique odieuse rejetant la responsabilité de la crise économique des années 1930 sur les membres de la communauté juive. De nouveau, cette persécution aveugle et impitoyable a conduit à la mort de millions de juifs et à l’exode de centaines de milliers d'autres. Là encore, les pays européens ont subi une incommensurable perte morale, intellectuelle, culturelle et économique.
Au regard de cette histoire douloureuse, nous ne pouvons accepter l’aveuglement de nos dirigeants. Qu’est-ce qu’une élite sinon une autorité morale et intellectuelle, qui inspire le respect du peuple par sa poursuite de l’intérêt général et la clairvoyance de son jugement ? Que l’on soit ou non sensible à leur personnalité et à leur politique, le général De Gaulle et François Mitterrand se sont hissés à la hauteur de leur fonction lorsqu’ils ont amené les Français à élever leur jugement. Le premier en expliquant à des Français qui n’y étaient pas préparés qu’il était dans l’intérêt de la France de se désengager de son entreprise coloniale, et le second en abolissant la peine de mort lorsque cela n’était pas une évidence.
Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy adopte le ton et le discours du Front national, arguant que cela répond aux attentes du peuple. Lorsqu’un dirigeant prend ainsi le risque de renouer avec des périodes sombres de notre histoire, tout démocrate doit dénoncer sans ambigüité ce qui menace l’unité nationale. Certains représentants de l’UMP ont exprimé leur désaccord avec l’extrême droitisation de leur candidat : nous les appelons à le faire de manière encore plus explicite afin d’en entraîner d’autres à leur suite. Quant aux adversaires de Nicolas Sarkozy, nous les appelons à davantage de fermeté dans leur condamnation des thèses qui isolent et clivent des pans entiers de notre société. Non pour capter un chimérique vote communautaire mais pour clamer haut et fort les valeurs républicaines.
Enfin, nous appelons nos concitoyens à faire preuve de recul et de sang froid. Combattre le chômage qui ne cesse de croître, redresser l’école républicaine, assainir nos finances publiques et redynamiser notre industrie, voilà les priorités que nous devons nous donner. Traverser une période aussi difficile que la nôtre suppose de regarder ensemble dans une même direction. Amin Maalouf, écrivain franco-libanais, ne dit rien d’autre lorsqu’il affirme que « c’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances ». Avant d’ajouter ce qui est peut-être le plus important : « c’est notre regard aussi qui peut les libérer

canale , 4 mai 2012 à 07:54 min

Avec des prises de position pareilles vous n'existez plus dans quelques années , d'autant, qu'en cas de retour de la gauche au pouvoir , ils vont vous refaire le coup de la diabolisation du front ( malheur à celui qui ose s'associer avec le diable )faites leur confiance , Mélenchon a déjà commencé et leurs intellectuels vont suivre.Ce coup avait tellement bien marché avec Mitterand qu' ils vont vous le ressortir comme une lettre à la poste et je crains , hélas , que vous ne puissiez que regarder le train passer

Déposer un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Votre commentaire : *

Suivez-nous

Jour après jour, restez connectés à Marsactu !

On en a parlé... le 31 octobre 2013

À la communauté urbaine, la droite se démarque de la gestion Caselli

À la communauté urbaine, la droite se démarque de la gestion Caselli

Oubliés les cris de la séance suspendue du 25 octobre, les conseillers communautaires n'en ont pas moins âprement débattu pour sa reprise ce jeudi. Après les piques de la gauche sur la gestion de l'eau, le président Caselli a vu arriver ...

Commentaires (24)24%

L'eau dans le grand bassin de la métropole

L'eau dans le grand bassin de la métropole

Prix, bénéfices, durée, gouvernance : les nouveaux contrats de Marseille Provence métropole seront disséqués sous toutes les coutures. En 2016, bien avant leur échéance, c'est la métropole qui prendra la main, comme sur plusieurs dizaines de ...

Commentaires (11)21%

Sondage

Que faire de la Villa Méditerranée ?

Vos amis sur Facebook

On en a parlé... le 31 octobre 2013

En images

Dans la peau de Gandolfi, le plongeur de l'espace

Dans la peau de Gandolfi, le plongeur de l'espace

Laurence Bricteux fait goûter le code aux enfants

Laurence Bricteux fait goûter le code aux enfants

Sur les ports de Marseille, Réjane Lhote croque "la poésie du quotidien"

Sur les ports de Marseille, Réjane Lhote croque "la poésie du quotidien"

Moatti et ses méditerranéennes

Moatti et ses méditerranéennes

Anti-métropole : "C'est notre baroud d'honneur"

Anti-métropole : "C'est notre baroud d'honneur"

"Il y a une méconnaissance absolue de l'urbanité des quartiers nord"

"Il y a une méconnaissance absolue de l'urbanité des quartiers nord"

"IAM, c'est du rap de vieux, les gars, mettez vous ça dans la tête"

"IAM, c'est du rap de vieux, les gars, mettez vous ça dans la tête"

Exposition "Picasso céramiste et la Méditerranée"

Exposition "Picasso céramiste et la Méditerranée"

JR  met "un gros coup de colle" sur la Belle de Mai

JR met "un gros coup de colle" sur la Belle de Mai

Hassan Bitar, créateur du Souk des Sciences, invité du talk Marsactu

Hassan Bitar, créateur du Souk des Sciences, invité du talk Marsactu

Un politiste prévoit une alliance FN-UMP en conseil municipal

Un politiste prévoit une alliance FN-UMP en conseil municipal

Marseille, capitale de la rupture

Marseille, capitale de la rupture

Le FN défend le savon made in Marseille

Le FN défend le savon made in Marseille

Le Pen veut "créer la surprise" aux municipales

Le Pen veut "créer la surprise" aux municipales

Les images du quai transbordeur qui fera du Vieux Port un lac

Les images du quai transbordeur qui fera du Vieux Port un lac

Guy Teissier interpelle le Ministre de la mer sur le Parc National des Calanques

Guy Teissier interpelle le Ministre de la mer sur le Parc National des Calanques

Salon international de la croisière : "my english is very bad donc je vais continuer en français"

Salon international de la croisière : "my english is very bad donc je vais continuer en français"

La réquisition d'un bâtiment désaffecté pour des familles roms

La réquisition d'un bâtiment désaffecté pour des familles roms

Le Napoléon-Bonaparte de la SNCM rompt ses amarres

Le Napoléon-Bonaparte de la SNCM rompt ses amarres

Algarade 2013. Faut bien faire le buzz.

Algarade 2013. Faut bien faire le buzz.

Précédent

Suivant

Ça vous rend...